5ème Festival Renc’Art au Méliès du 21 au 24 septembre 2017

Du 21 au 24 septembre 2017, le Festival de l'association Renc'Art au Méliès vous propose des projections inédites des films à venir ainsi que des rencontres avec les réalisateurs et les équipes des films. Voici le programme de cette 5ème édition.

PROGRAMME

JEUDI 21 SEPTEMBRE

18h00

LES VISITEURS DU SQUARE
Court métrage
(France - 1993  - 7 mn)
de Robert Doisneau
avec Attali, Grégori Baquet, Fabienne Chaudat, Adrien Delange, Alice Dessuant, Clara Dessuant, Sara Gautier, Garance Giachino, Olivier Siou, Arthur Spinelli, Jane Val, Paul Vally

Synopsis : Un square paisible des bords de Seine, fréquenté par des personnes âgées, des mères de famille et leurs enfants, voit sa tranquillité troublée par l'arrivée d'un jeune homme impudent qui lance dans le jardin une petite voiture télécommandée.
avant-première
AU REVOIR LÀ-HAUT
(France - 2017)
de Albert Dupontel

avec Albert Dupontel, Laurent Lafitte, Nahuel Pérez Biscayart, Émilie Dequenne, Mélanie Thierry

Synopsis : Novembre 1919. Deux rescapés des tranchées, l'un dessinateur de génie, l'autre modeste comptable, décident de monter une arnaque aux monuments aux morts. Dans la France des années folles, l'entreprise va se révéler aussi dangereuse que spectaculaire...

D'après le roman éponyme de Pierre Lemaitre Prix Goncourt en 2013
 

20h30

avant-première - rencontre avec la réalisatrice
Numéro Une
(France - 2017 - 1h50)
de Tonie Marshall
 
avec Emmanuelle Devos, Carle Bouquet, Richrd Berry, Sami Frey
 
Synopsis : Emmanuelle Blachey est une ingénieure brillante et volontaire, qui a gravi les échelons de son entreprise, le géant français de l'énergie, jusqu'au comité exécutif. Un jour, un réseau de femmes d'influence lui propose de l'aider à prendre la tête d'une entreprise du CAC 40. Elle serait la première femme à occuper une telle fonction. Mais dans des sphères encore largement dominées par les hommes, les obstacles d'ordre professionnel et intime se multiplient. La conquête s'annonçait exaltante, mais c'est d'une guerre qu'il s’agit.

VENDREDI 22 SEPTEMBRE / 18h00

avant première - rencontre avec le réalisateur
CARRÉ 35
(France - 2017 - 1h07min)
d’Eric Caravaca
Documentaire // Cannes 2017 sélection officielle

La bouleversante autopsie d’une névrose familiale
Synopsis : A l’âge de 3 ans, la sœur d’Eric Caravaca, Christine, est morte. Un drame longtemps caché par sa famille. Dans un documentaire intime Eric Caravaca mène l’enquête, entre la France et le Maghreb. Pour conjurer les fantômes du passé et redonner à Christine “la vie qui lui avait été enlevée”.
Eric Caravaca le dit lui-même avec humour : il est « un retour de couches », né treize mois seulement après celui qu’il a longtemps cru être son seul frère. Il y avait pourtant une sœur aînée, morte à l’âge de trois ans, bien avant leur naissance. Chez les Caravaca, on ne parlait jamais de Christine. Il ne restait aucune trace de la fillette – toutes ses photos avaient été détruites. Pourquoi un tel secret ? La réponse est à découvrir dans Carré 35, le beau film que le comédien et cinéaste vient de présenter en séance spéciale au Festival de Cannes. Un documentaire à la première personne sous forme d’autopsie d’une névrose familiale. Soixante-sept minutes bouleversantes qui redonnent à Christine « la vie qu’elle n’a pas eue et la vie qui lui avait été enlevée une deuxième fois en la niant ».
Carré 35 est un lieu qui n’a jamais été nommé dans ma famille ; c’est l’emplacement de la concession où se trouve le caveau de ma sœur aînée, morte à l’âge de trois ans. Cette soeur dont on ne m’a rien dit ou presque, et dont mes parents n’avaient curieusement gardé aucune photographie. C’est pour combler cette absence d’image que j’ai entrepris ce film. Croyant simplement dérouler le fil d’une vie oubliée, j’ai ouvert une porte dérobée sur un vécu que j’ignorais, sur cette mémoire inconsciente qui est en chacun de nous et qui fait ce que nous sommes.
 
 

VENDREDI 22 SEPTEMBRE / 20h30

avant première - rencontre avec le réalisateur
LE JEUNE KARL MARX
(Allemagne/Belgique/France - 2017 - 1h58min)
de Raoul Peck
avec avec August Diehl, Stephen Hogan, Niels- Bruno Schmidt, Ulrich Brandhoff, Stefan Konarske

Synopsis : 1844. De toute part, dans une Europe en ébullition, les ouvriers, premières victimes de la “Révolution industrielle”, cherchent à s'organiser devant un “capital” effréné qui dévore tout sur son passage. Karl Marx, journaliste et jeune philosophe de 26 ans, victime de la censure d’une Allemagne répressive, s’exile à Paris avec sa femme Jenny où ils vont faire une rencontre décisive : Friedrich Engels, fils révolté d’un riche industriel Allemand.
Intelligents, audacieux et téméraires, ces trois jeunes gens décident que “les philosophes n’ont fait qu’interpréter le monde, alors que le but est de le changer". Entre parties d'échecs endiablées, nuits d'ivresse et débats passionnés, ils rédigent fiévreusement ce qui deviendra la “bible” des révoltes ouvrières en Europe : “Le manifeste du Parti Communiste”, publié en 1848, une œuvre révolutionnaire sans précédent.

SAMEDI 23 SEPTEMBRE / 14h00

CHUT!... ON FAIT DU BRUIT
Atelier Bruitage animé par Alain Platiau et Noëlle Guichard
Pour tout public à partir de 7 ans, (pas d’obligation d’inscription)
Pourquoi a-t-on besoin d’un bruiteur au cinéma ? Démonstration de bruitages
Bruitage vidéo réalisé par une quinzaine de participants volontaires.

avant première - Ouverture du Festival de Locarno 2017
DEMAIN ET TOUS LES AUTRES JOURS
(France - 2017 - 1h31)
De Noémie Lvovsky
avec Luce Rodriguez, Noémie Lvovsky, Mathieu Amalric

Synopsis : Mathilde a 9 ans. Ses parents sont séparés. Elle vit seule avec sa mère, une personne fragile à la frontière de la folie. C’est l’histoire d’un amour unique entre une fille et sa mère que le film nous raconte.

SAMEDI 23 SEPTEMBRE / 16h15

QUEL CIRQUE !
(Tchécoslovaquie, 1957-1983 -35min)
Couleur, Animation, sans paroles. Version restaurée
à partir de 3 ans - avant première

Un programme de trois courts métrages consacré à l’univers du cirque, trois regards poétiques, tendres et drôles, réalisés par de grands auteurs du cinéma d’animation tchèque.
Goûter après la projection

SAMEDI 23 SEPTEMBRE / 17h30

avant première - rencontre avec la réalisatrice
Cannes 2017 Un certain regard
LA BELLE ET LA MEUTE
(Tunisie / France / Suède / Norvège / Liban / Qatar / Suisse - 2017 - 1h44)
de Kaouther Ben Hania
avec Mariam Al Ferjani, Ghanem Zrelli, Noomane Hamda, Mohamed Akkari, Chedly Arfaoui, Anissa Daoud, Mourad Gharsalli


Synopsis : Lors d'une fête étudiante, Mariam, jeune Tunisienne, croise le regard de Youssef. Quelques heures plus tard, Mariam erre dans la rue en état de choc. Commence pour elle une longue nuit durant laquelle elle va devoir lutter pour le respect de ses droits et de sa dignité. Mais comment peut-on obtenir justice quand celle-ci se trouve du côté des bourreaux ?

SAMEDI 23 SEPTEMBRE / 20h45

avant première - rencontre avec Laetitia Dosch / Cannes 2017 Caméra d’Or
JEUNE FEMME
(France, Belgique - 1h 37min)
de Léonor Serraille
Avec Laetitia Dosch, Grégoire Monsaingeon, Souleymane Seye Ndiaye


DIMANCHE 24 SEPTEMBRE / 11h00

rencontre avec la réalisatrice
ELLE T'AIMERA PAS MÊME À CENT ANS
(7 minutes, archives ECPAD)
de Sara Chai
Synopsis : « Je suis né le 11 janvier 1944 à Sebdou, grosse bourgade de l’ouest algérien, au sud de Tlemcen. Dès 1956 le quartier est entièrement contrôlé par le FLN. Les rumeurs de la guerre restent lointaines à mes oreilles. Un jour de juin 1960, je suis embauché dans la harka du 2e régiment d’étrangers parachutistes. »

avant première de réédition - rencontre avec le réalisateur et Tanguy Peron
SOLEIL Ô
(France 1973 - 1h38)
de Med Hondo
avec Yane Barry, Bernard Bresson, Greg Germain

Synopsis : Dans une colonie française non identifiée en Afrique de l'Ouest, les hommes noirs s'alignent devant un prêtre blanc pour le baptême et le « renommage, » la première étape d'un processus qui les déracine et les subjugue simultanément. En France, les noirs coloniaux, encouragés par la propagande, viennent chercher une vie meilleure. Ce qu'ils trouvent, c'est le chômage ou une poignée d'emplois «sales», des conditions de vie inacceptables, un racisme nu et une indifférence bureaucratique. En cherchant un nouveau langage, Med Hondo a évité tout récit conventionnel. Des séquences d'ouverture stylisées et surréalistes aux aventures épisodiques d'un homme particulier, le réalisateur présente une série de pièces imaginatives, reliées par le narratif vocal, qui étudient et dramatisent un ensemble de thèmes interdépendants. Une attaque cinglante contre le colonialisme, le film est également un exposé choquant du racisme et un acte d'accusation brutal et ironique des valeurs capitalistes occidentales.

DIMANCHE 24 SEPTEMBRE / 14h00

DANS LA FORÊT ENCHANTÉE DE OUKYBOUKY
(Norvège - animation - 2016 - 1h12)
De Rasmus A. Sivertsen

Synopsis : Il fait bon vivre dans la Forêt de Oukybouky. Pourtant, les souris Lucien et Sam la Vadrouille, Maître Lièvre et la Famille Écureuil doivent rester prudents car certains voisins ont parfois le ventre creux et les dents longues... Quand Marvin le Renard et Horace le Hérisson tentent de croquer Lucien et sa grand-mère, les habitants de la forêt décident d’agir. Mais comment persuader Marvin et Horace qu’ils devront désormais remplir leurs assiettes avec des noisettes ?
Atelier coloriage géant après la projection
Réservation souhaitable à : amelie.desserre@montreuil.fr

DIMANCHE 24 SEPTEMBRE / 15h30

avant première - rencontre avec la réalisatrice
LE BLEU, BLANC, ROUGE DE MES CHEVEUX
(France - 2016 - 21 min)
de Josza Anjembe
avec Grace Seri, Augustin Ruhabura, Mata Gabin

Synopsis : À dix-sept ans, Seyna, une adolescente d’origine camerounaise, se passionne pour l’histoire de la France, le pays qui l’a vue naître et dont elle est profondément amoureuse. Son baccalauréat en poche et sa majorité approchant, Seyna n’aspire qu’à une chose : acquérir la nationalité française.

rencontre avec les réalisatrices
KISS AND CRY
(France - 2017 - 1h18)
de Chloé Mahieu, Lila Pinell
avec Sarah Bramms, Xavier Dias

Synopsis : Sarah, 15 ans, reprend le patin de haut niveau au club de Colmar, sans trop savoir si elle le fait pour elle ou pour sa mère. Elle retrouve la rivalité entre filles, la tyrannie de l’entraineur, la violence de la compétition.

DIMANCHE 24 SEPTEMBRE / 18h00

avant première - rencontre avec le réalisateur
Cannes 2017 Un certain regard
L'ATELIER
(France - 2017 - 1h54)
de Laurent Cantet
avec Marina Foïs, Matthieu Lucci

extrait
Synopsis : Le cinéaste palmé en 2008 pour “Entre les murs” propose une nouvelle immersion dans une classe traversée par tous les troubles de la société francaise. Elle est cette fois constituée de jeunes adultes en atelier d’écriture, avec Marina Foïs pour enseignante.

La Ciotat, été 2016. Antoine a accepté de suivre un atelier d’écriture où quelques jeunes en insertion doivent écrire un roman noir avec l’aide d’Olivia, une romancière connue. Le travail d’écriture va faire resurgir le passé ouvrier de la ville, son chantier naval fermé depuis 25 ans, toute une nostalgie qui n’intéresse pas Antoine. Davantage connecté à l’anxiété du monde actuel, il va s’opposer rapidement au groupe et à Olivia, que la violence du jeune homme va alarmer autant que séduire…

DIMANCHE 24 SEPTEMBRE / 21h00

avant première - présenté par Philippe Rouyer
HAPPY END
(France/Autriche - 2017 - 1h50min)
de Michael Haneke
avec Isabelle Huppert, Toby Jones, Mathieu Kassovitz

Synopsis : Aujourd’hui, Haneke est de retour avec une charge (assez chabrolienne sous certains atours de la mise en scène) contre la bourgeoisie, en filmant une grande famille d’industriels du nord de la France (Calais). Ils sont tous horribles bien sûr. En tout cas selon les critères de Haneke : ils contournent les lois, souffrent de perversions sexuelles, n’ont pas de coeur. La cruauté est dans leur sang vicié (théorie qui va à l’encontre de toute pensée scientifique actuelle). Le grand-père (Tringnant) comme sa petite fille sont des sadiques et des manipulateurs absolus. Happy end retravaille sans vraiment les faire progresser des thèmes déjà joués chez Haneke, et se présente quasiment comme une sorte de compile de ses obsessions (l’euthanasie, les images modernes, le mal, l’histoire, etc.). Il livre un film tout aussi glaçant que ses personnages, et glacé comme du papier de revue de luxe. - Les Inrocks

Pour plus d'informations sur l'association Renc'Art au Méliès, consultez le site officiel